Lounis Aït Menguellet, Idir et Alloua se sont retrouvés, samedi soir, le temps d’un concert exceptionnel à Paris Bercy à l’occasion de Yennayer, nouvel an amazigh. « Le message qu’on veut donner à travers ce concert c’est l’union et l’affût du positif que nous portons », estime Idir, lors d’une conférence de presse organisée en octobre dernier à Paris. « Il faut désenclaver la chanson kabyle », avait-il ajouté.

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici