« On n’a pas pris en charge comme il fallait les jeunes. On a fait des efforts pour la formation et l’emploi. Mais les jeunes d’aujourd’hui sont ouverts au monde et aux nouvelles technologies. Il faut le suivre », a indiqué Abdelmalek Sellal lors de son intervention, ce samedi 16 février, à l’Union nationale des paysans algériens (UNPA).

LIRE AUSSI: Sellal répond à « ceux qui doutent » et « aux pessimistes »: « on n’est pas loin de l’objectif tracé par les chouhadas »

« Quand on parle des jeunes qui quittent le pays, ou ce qu’on appelle les harraga, même s’il s’agit d’un terme que je refuse, c’est un problème social qu’on doit prendre en compte », a-t-il dit. Pour le directeur de campagne du président, ce ne sont pas des jeunes « qui ne trouvent pas des postes d’emploi ou qui ne trouvent pas quoi manger ». « Ce sont des jeunes qui étouffent », a-t-il précisé.

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici