La mise en œuvre de l’article 102 de la Constitution est une « proposition » qui est venue « vraiment en retard », a jugé Mostefa Bouchachi dans la soirée de ce mardi 26 mars dans une vidéo postée sur sa page Facebook. « Les Algériens veulent une période de transition avec des hommes et des femmes en qui ils peuvent faire confiance », a affirmé l’avocat et militant des droits de l’homme.

LIRE AUSSI : Appel de Gaïd Salah à l’application de l’article 102 de la Constitution (Texte intégral)

Pour lui, certains « semblent ne pas avoir très bien compris le message des Algériennes et des Algériens ». « On souhaite que les Algériennes et les Algériens soient conscients du fait que l’application de l’article 102 est une manière de faire avorter le mouvement pacifique qu’a connu l’Algérie le 22 février », a-t-il conclu.

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici