Mostefa Bouchachi voit dans la démission du président Bouteflika une « victoire partielle ». « Quand on est sorti le 22 février et jusqu’à maintenant, nos revendications sont claires. Il s’agit du départ du système », précise l’avocat et militant des droits de l’homme.

« Le départ du président et sa démission ne veut pas dire que nous avons vaincu. Il faut que ce gouvernement parte et qu’Abdelkader Bensalah ne devienne pas le chef d’Etat par intérim », ajoute Mostefa Bouchachi qui appelle les Algériens à manifester vendredi.

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici