« Les enfants des Moudjahidine n’ont rien obtenu de l’Etat algérien. Leurs droits sont bafoués, contrairement aux enfants de chouhada », lance Belhouchet El wardi, l’ancien président de la commission de sauvegarde de l’Organisation nationale des enfants des Moudjahidine Onem, dans une déclaration à Actu-fil.com.

Ce dernier a choisi de quitter l’Onem «qui n’a rien fait », selon lui, pour défendre les droit de 7 millions enfants des Moudjahidine, pour se consacrer à son projet de créer une organisation parallèle appelée « Association algérienne des enfants des Moudjahidine ». L’association, déjà présente dans 20 wilayas, compte déposer dans les prochains jours un dossier au niveau du ministère de l’intérieur pour obtenir un agrément. Qu’est ce qui a amené Belhouchet El wardi à quitter l’Onem, l’organisation mère? Ce dernier pense que l’Onem a failli à sa mission : « L’Onem est dirigée par les mêmes personnes depuis 25 ans. Cette organisation n’a rien apporté aux enfants des Moudjhidine », atteste-t-il.

La liste des griefs retenus contre khalfa M’barek, l’actuel secrétaire général de l’Organisation nationale des enfants des Moudjahidine, est longue. L’on retient notamment le fait que le statut d’enfant de Moudjahid « ne soit pas pris en compte dans la promotion à des hauts postes de responsabilité ». « Nous ne sommes pas prioritaires, contrairement aux enfants de chouhada, dans le recrutement au niveau de l’administration publique, dans le logement, et à l’exception de la pension, les enfants deS Moudjahidine n’ont pas assez d’avantages leur permettant de mener une vie décente après la mort de leurs parents », insiste notre interlocuteur.

Soutien au 5e mandat.
Avant même son agrément, l’Association des enfants de moudjahidine annonce son soutien au président Bouteflika. « Nous serons avec le candidat du système. Si le système choisit Bouteflika, il sera notre candidat. S’il opte pour une autre personnalité, nous mobiliserons notre base pour la défendre lors de la campagne électorale », s’engage-t-il.
Belhouchet rappelle que les membres de son association sont issus de la famille révolutionnaire. « Nous sommes des patriotes, nous comptons dans nos rangs des cadres de l’armée nationale, des patriotes, nous ne serons jamais des opposants au système», atteste notre interlocuteur.

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici