Abdelouahab Benzaïm a adressé, dans la matinée de ce samedi 12 avril, une lettre ouverte au président du Conseil constitutionnel où il l’appelle à démissionner. « Vous assumez une responsabilité politique et constitutionnelle dans un moment où l’Algérie traverse une grande crise politique. Le destin veut que vous soyez la clé qui permettra au peuple de retrouver sa sérénité », écrit le sénateur du FLN.

« Vous avez un rendez-vous avec l’histoire si vous répondez à la demande de millions de personnes en présentant votre démission afin que l’État continue à vivre et que le peuple continue à construire son État comme il le veut », ajoute-t-il.

Abdelouahab Benzaïm affirme à Tayeb Belaïz qu’il s’est trompé lorsqu’il a prêté serment devant le président de la République, Abdelaziz Bouteflika. « Je vous le dis en toute sincérité et affection, vous vous êtes trompé dans le serment constitutionnel prêté devant le président sortant. Le serment doit être pour Dieu, le peuple et la patrie et non pour le président », argumente l’élu.

« Votre démission permettra au peuple et au président de l’État par intérim de nommer une personnalité neutre qui pourrait diriger l’État par la suite. Le but est de rendre la parole au peuple », affirme Abdelouahab Benzaïm.

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici