Hier vendredi, un manifestant est décédé lors d’une bousculade près de l’hôtel El-Djazaïr (Ex- Saint-George). « Après avoir effectué la prière d’Al-Asr en groupe sur le trottoir, près du palais du peuple. Il a poursuivi la marche avec les jeunes dont mon petit frère et des membres de la famille pour rejoindre la maison de notre mère à Hydra », relate le Pr Salim Benkhedda, son frère, sur sa page Facebook.

« Au niveau de l’hôtel El-Djazaïr, la marche qui se déroulait pacifiquement s’est arrêté. Les forces de l’ordre sont intervenus brusquement avec violence. Ce qui a provoqué une grande bousculade entre ceux qui montaient et ceux qui descendaient. On a perdu contact avec notre frère », poursuit la même source. Cela a coïncidé avec « l’arrivée d’un nombre important de baltaguis à qui on a laissé le terrain pour volter et piller », selon lui.

Le Pr Salim Benkhedda dit avoir été contacté à 19h30 par l’hôpital qui l’a informé que son frère se trouvait à la morgue. « C’est la bande qui dirige et les baltaguis qui sont responsables de la mort de mon frère », a-t-il accusé. L’enterrement de son frère aura lieu ce samedi après la prière d’Al Asr. Hassan et Salim Benkhedda sont les enfants Benyoucef Benkhedda, deuxième président du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA).

Lors de son déplacement au CHU Mustapha Bacha, le ministre de l’Intérieur est revenu sur le décès de Hassan Benkhedda. « On est venu voir les circonstances de la mort du citoyen Hassan Benkhedda », a-t-il déclaré à la presse avant de présenter ses « sincères condoléances à sa famille ». « Ce sont les investigations légales qui vont éclaircir les causes du décès », a-t-il assuré.

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici