La polémique enfle sur les tenues à l’école. Cristina Cordula, elle aussi, a fait part de son point de vue. La Brésilienne partage, en effet, l’avis émis par Jean-Michel Blanquer sur le sujet. Lors d’un numéro inédit de TPMP Ouvert à tous, Emilie Lopez a fait savoir qu’elle est complètement opposée aux propos de l’animatrice de 55 ans et, au passage n’a pas manqué de la fustiger là-dessus.

Le débat houleux sur les tenues vestimentaires à l’école n’en finit pas. Depuis, la toile s’embrase comme une traînée de poudre.

Jean-Michel Blanquer avait effectivement assuré ce 21 septembre dernier que : « L’école n’est pas un lieu comme les autres. Vous n’allez pas à l’école comme vous allez à la plage ou en boîte de nuit […] Chacun peut comprendre qu’on vient à l’école habillé d’une façon républicaine ».

Conviée dans Le Buzz TV, Cristina Cordula n’a pas manqué de souligner qu’elle était complètement d’accord quant aux propos déclarés par le ministre de l’Éducation nationale. « L’école, excuse-moi, c’est pas un endroit pour être sexy. […] Que les filles doivent revendiquer le droit de s’habiller comme elles veulent, mais je suis complètement d’accord hein. Mais après, à l’école, on ne va pas provoquer, on est là pour travailler », affirmait-elle avec for conviction.

« Si j’ai envie de mettre des nichons, je mets des nichons ! « 


Des propos sur lesquels est revenu Benjamin Castaldi et la bande de chroniqueurs du talk-show dans TPMP Ouvert à tous ce 2 octobre. Ce qui n’a pas manqué d’offusquer certaines têtes dont particulièrement Emilie Lopez. Cette dernière qui se dit être fermement opposée au point de vue de la pétillante Cristina Cordula.

« Comment on peut être d’accord avec Cristina Cordula ?[…] On est en 2020, et je pense que non seulement c’est stupide ce qu’elle dit, mais en plus c’est très dangereux. Aujourd’hui on devrait, toutes les femmes, à partir d’un certain âge à savoir l’adolescence, pouvoir disposer de notre corps et pouvoir s’habiller comme on veut sans avoir forcément de problème et être jugée. Alors avant d’embêter les jeunes filles, éduquons d’abord les garçons. […] Qu’on arrête de nous prendre la tête sur nos tenues ! Si j’ai envie de mettre des nichons, je mets des nichons ! »

Et Benjamin Castaldi, qui est un père de famille, d’argumenter : « J’ai des filles. […] Je vous le dis franchement et je suis loin d’être rétrograde, quand je la vois partir au lycée le matin, avec une jupe plutôt courte et un gros décolleté, je lui dis : ‘va te changer’. Peut-être que j’ai tort, mais je fais attention à ça ! ».