Le champion de Nagui dans “Tout le monde veut prendre sa place” multiplie les exploits et met tous ses challengers à terre. Malgré cette incroyable performance, l’émission de France 2 n’arrive pas à obtenir plus d’audience. 

Ce jeudi 30 juillet, le mari de Mélanie Page était, comme à son habitude en train d’animer son émission “Tout le monde veut prendre sa place”, où le champion en titre, Mickaël, demeure toujours invincible après 41 participations. Suite à la mythique épisode des anecdotes, quatre nouveaux candidats ont essayé de vaincre le champion pour décrocher un ticket en final contre ce dernier. 

Alix prend un excellent départ dans le jeu

Dans le cadre de la compétition, le thème choisi était focalisé sur les danses charnelles. Ainsi, le tube phare de Shakira intitulé “Hips don’t lie” a fait déhancher les participants, suivi d’un clip de la chanson “Etienne” ainsi que de la danse légendaire de Salma Hayek dans la réalisation cinématographique baptisée “Une nuit en enfer” ou La “Nuit la plus longue au Québec”. En s’amusant sous le rythme de ces tubes, les candidats ont réussi à enchaîner les bonnes réponses. Et des quatre challengers, c’est Alix qui est parvenue à sortir du lot et à participer ainsi au duel final avec l’imbattable Mickaël.

Mickaël, à la tête d’une somme vertigineuse

Le combat final qui opposait la jeune Alix à Mickaël, s’était joué sur le thème de la littérature nordique du côté de la prétendante, avec des questions relativement difficiles, à l’issue desquelles elle a pu comptabiliser 16 points. D’autre part, l’adepte de cinéma a réussi haut la main avec un score de 26 points sur un questionnaire en rapport avec Claire Chazal. Ainsi, le champion en titre empoche à présent plus de 50 000 euros à l’issue de ses 42 remarquables victoires. Malgré cela, l’émission a du mal à se faire de nouveaux téléspectateurs car le numéro de jeudi dernier a rassemblé 1,33 millions de curieux, soit un part de marché équivaut à 15,9%. Ce qui correspond à une baisse de 2,8 points, comparée à l’épisode précédent.