Alors que les informations circulent dans la presse concernant les difficultés financières traversées par le journaliste l’ayant conduit à mettre son appartement en hypothèque, Stéphane Bern décide de lever le voile et d’apporter des clarifications concernant le fait qu’il est soi-disant « ruiné ».

Stéphane Bern dément définitivement les rumeurs qui courent dans l’actualité people supposant qu’il était dans une situation financière précaire. Le journal Le Parisien a en effet rapporté le dimanche 12 Juillet dernier des nouvelles du journaliste suite à un interview réalisé dans la jolie commune de Perche, à Thiron-Gardais.

Un trésor antique devenu à l’heure actuelle la maison de l’animateur

Un lieu de vie unique où Stéphane Bern est aujourd’hui l’heureux propriétaire d’un charmant bâtiment qui fût à l’époque un ancien collège royal et militaire. Une acquisition immobilière qui lui a couté 300 000 Euros et qui est actuellement entièrement rénovée. L’homme de 56 ans est particulièrement fier d’avoir pu acheter cette extraordinaire bâtisse il y a aujourd’hui plus de sept ans.

Un somptueux domaine qui a nécessité à l’animateur des investissements financiers relativement considérables. Selon ses propos : « Je n’avais pas un sou. J’ai tout emprunté, en refusant les aides publiques. C’est financièrement un puits sans fond. J’ai dû investir près de 4 millions d’euros et je suis endetté sur vingt-cinq ans ».

Malgré cela, Stéphane Bern ne se considère pas pour autant « ruiné ». Bien qu’il assume avoir dépenser tout son argent incluant ses droits d’auteur dans cette propriété qui lui tient très à cœur, il avoue : « Ici, c’est un peu le tonneau des Danaïdes. Mais je ne veux faire pleurer personne… ». Un projet qui s’inscrit dans ses ambitions d’honorer le patrimoine français.

La propriété de Stéphane Bern accueillera diverses classes à l’occasion de l’opération Nation apprenante mobilisée par le Ministère. L’ancien journaliste évoque ses idées de transformer le bâtiment en une musée d’art outre le fait d’en faire sa propre maison d’habitation. Il a d’ailleurs abandonné toutes ces tournages du week-end pour passer du bon temps dans sa belle propriété, seul ou accompagné de ses amis, et où il aime travailler ou bouquiner dans son bureau, en profitant de la fraîcheur de l’air et des bruits procurés par le sifflement naturel des oiseaux.