Des études scientifiques ont récemment prouvé l’efficacité de deux ingrédients naturels contre le cancer des seins: l’oignon et l’ail

Le cancer du sein représente le cancer le plus fréquent chez la gente féminine. En 2017, il a été recensé plus de 60 000 nouveaux cas sur le sol français. Une pathologie qui a été à l’origine de près de 12 000 décès la même année. Néanmoins, en 15 ans, le taux de mortalité associé au cancer du sein a nettement diminué. Un fait qui résulte entre autres d’une meilleure hygiène de vie, incluant un régime alimentaire naturel. A ce titre, l’oignon et l’ail seraient, selon les résultats des études scientifiques, deux ingrédients miraculeux pour limiter les risques d’exposition à cette maladie néfaste. Zoom sur les bienfaits de l’oignon et de l’ail dans la prévention du cancer des seins. 

Des études scientifiques entamées aux Etats-Unis et en Chine

Les scientifiques de Porto-Rico ont découverts que le fait de consommer ensemble de l’oignon et de l’ail, permettait de réduire les risques d’exposition au cancer du sein chez les femmes. En effet, les experts américains ayant mené une expérimentation au sein de l‘Université de Buffalo et celle de Porto-Rico avaient mis en exergue les attributs des composés de l’oignon et de l’ail contre les cellules cancéreuses. Selon le Dr Gauri Desai, auteur général de l’étude, les femmes portoricaines ayant ingéré ce mélange d’ingrédients naturels (issus du sofrito, un plat typique de la région) avaient profité d’une réduction de risques de manifester des métastases dans le sein. En parallèle, les asiatiques ont conduit une étude qui a permis de conclure que les consommateurs d’oignons avaient 79% moins de chance de développer un cancer du côlon, par rapport aux personnes qui en consommaient moins.

Meilleurs résultats chez les Portoricaines comparés à ceux des Américaines

Les faits démontrent que le taux de cancer de sein est plus faible au Porto Rico qu’aux USA. En effet, pour prouver ceci, les scientifiques ont entrepris des études sur l’ail et l’oignon qui sont tous deux des condiments incontournables de la gastronomie portoricaine. Ces ingrédients sont particulièrement riches en molécules organosulfates et en flavonoïdes, qui s’avèrent être des composés essentiels au traitement du cancer chez l’Homme. Résultats, sur les 660 femmes qui se sont portées bénévoles pour l’étude, celles qui avaient ingéré des plats à base d’ail et d’oignon au moins une fois tous les jours, présentaient moins de risques de cancer du sein, par rapport à celles qui n’en prenaient pas. Les chiffres estiment un taux de réduction des risques de l’ordre de 67%