L’ancien président de l’APN, Said Bouhadja, soutiendra la candidature du président Bouteflika, s’il décide briguer un 5e mandat. Dans une déclaration à Actu-fil.com, ce dimanche 20 janvier, Bouhadja affirme qu’il se soumettra à la décision de son parti le FLN. « En tant que cadre du FLN, je ne peux qu’appuyer les orientations de mon parti concernant les présidentielles d’avril » , souligne-t-il. Plus précis, il dira que « comme tout les militants du FLN, je serai avec le président Bouteflika le 18 avril s’il décide de prendre part aux élections présidentielles».
Hier, l’instance dirigeante du parti, présidée par Moad Bouchareb, a, tout en saluant la convocation du corps électoral, appelé le président «à poursuivre son œuvre à la tête du pays ».

Bouhadja, pour rappel, a été déchu, fin octobre, de son poste de président de l’APN, au terme d’un forcing dirigé par les partis de l’alliance présidentielle, composée de l’ex parti unique,le RND , TAJ et e MPA.
Dans les coulisses, on reprochait à l’ex quatrième homme de l’Etat « de trahir la confiance du président de la république ». Ce dernier aurait pris attache, selon ses adversaires, avec deux anciens chefs du gouvernement, en l’occurrence, Mouloud Hamrouche et Ali Benflis. « Ce rapprochement douteux » à quelques mois des élections présidentielles, avait servi d’alibi pour les adversaires de Bouhadja, même si ce dernier n’a cessé de réitérer, son soutien « indéfectible » au chef de l’Etat. Un soutien qu’il réaffirmé aujourd’hui, quelques heures après la décision de Benflis de retirer le formulaire de candidature.

Dans un autre chapitre, l’ex président de l’APN pense que le congrès du FLN sera organisé après les élections présidentielles : « ce rendez-vous nécessite des mois de préparations », soutient-il.
Le délai fixé par Moad Bouchareb pour révéler la date du congrès du FLN expire demain. Des cadres du parti approché par Actu-fil.com , ont affirmé effectivement que le congrès n’est pas à l’ordre du jour. «Qui a parlé du congrès. La priorité absolue du FLN est la présidentielle du mois d’avril», nous a déclaré un membre de l’instance dirigeante du parti.
Cet avis est partagé par Abderramane Belayat, l’ancien coordinateur du bureau du FLN. Dans une déclaration à Actu-fil.com, il a estimé que le FLN va rater son congrès si la direction du parti décide de l’organiser avant les présidentielles. « On peut tenir un congrès demain ou dans dix jours, mais ce rendez- vous sera un échec pour le FLN », pense Belayat.

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici