Les élus de plusieurs partis de l’opposition boycotteront, demain mardi, la réunion du Parlement siégeant en ces deux chambres réunies suite à la notification du Conseil constitutionnel de la vacance définitive du poste de président de la République au Palais des nations.

Dans la matinée de ce lundi 8 avril, le Mouvement de la société pour la paix (MSP) a précisé que la participation est une « validation automatique du (choix) Monsieur Abdelkader Bensalah comme président (par intérim) ». « C’est une position qui va à l’encontre des revendications du peuple », selon lui.

Le Parti des travailleurs (PT) a annoncé sa démission de l’Assemblée nationale populaire (APN) dès le 27 mars dernier au lendemain de la proposition faite par le chef d’état-major, Ahmed Gaïd Salah, pour l’application de l’article 102 de la Constitution. Ses élus ne seront donc pas présent demain mardi au Palais des nations.

Selon nos informations, les élus du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) boycotteront également cette réunion du Parlement. Le Front des forces socialistes (FFS) pourrait également prendre la même décision.

Est-ce que ce boycott aura un impact sur la réunion? « Ce n’est pas le Parlement réuni en ses deux chambres qui va constater et déclarer la vacance. Celle-ci a été déclarée par le Conseil constitutionnel. Le vote des deux tiers n’est exigé que pour l’empêchement définitif », explique Fatiha Benabbou, juriste spécialisée dans le droit constitutionnel.

 

 

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici