Le vice-ministre de la Défense nationale et chef d’état-major a appelé, ce mardi 26 mars, à l’application de l’article 102 de la Constitution. Cet article évoque deux situations. La première est liée à l’état d’empêchement. La deuxième est relative à la démission ou au décès du président. Dans les deux cas de figure, c’est le président du Conseil de la Nation, Abdelkader Bensalah, qui devrait assumer l’intérim. C’est-à-dire qu’il devrait gérer les affaires courantes en attendant l’organisation d’une élection présidentielle.

Faisant jusque-là partie des partisans du président de la République, il est resté discret au cours de ces dernières semaines notamment depuis l’avènement du mouvement populaire du 22 février. Que sait-on de cet homme politique dont la carrière a commencé bien avant le retour d’Abdelaziz Bouteflika au pays en 1999 ?

D’abord, Abdelkader Bensalah est originaire de Tlemcen, la ville du président Bouteflika. C’est un homme de confiance du chef de l’Etat qu’il pourrait remplacer dans les prochains jours. « Mais en réalité, c’est un homme du système. Il a toujours été dans les circuits du pouvoir et il a toujours été proche de tout le monde », rappelle un parlementaire.

LIRE AUSSI : Appel de Gaïd Salah à l’application de l’article 102 de la Constitution (Texte intégral)

M. Bensalah est devenu député en 1977 après avoir dirigé durant trois ans le quotidien arabophone public Echaâb. Il devient ensuite ambassadeur, puis porte-parole du ministère des Affaires étrangères avant de présider le Conseil national de transition (CNT) en 1994 durant la décennie noire du terrorisme.

En 1997, Abdelkader Bensalah est devenu président de l’Assemblée nationale populaire (APN) jusqu’en 2002. L’homme qui est également cadre du Rassemblement national démocratique (RND crée en 1997) passe ensuite au Conseil de la Nation qu’il préside depuis près de 17 ans. Il été reconduit à la tête du Sénat le 29 janvier dernier à l’occasion des dernières sénatoriales.

Lundi 24 mars, un député du Front de la justice et du développement (FJD), Lakhdar Benkhellaf, a estimé que Abdelkader Bensalah ne pouvait pas conduire la période de transition et prendre l’intérim du président Abdelaziz Bouteflika. L’élu a évoqué sa nationalité d’origine.

« La condition pour qu’un responsable occupe le poste de président de la République, est d’avoir  la nationalité algérienne d’origine. Et lui (Abdelkader Bensalah) avait une autre nationalité jusqu’en 1964 année durant laquelle il avait obtenu la nationalité algérienne. Il avait la nationalité marocaine, ce qui pose un problème», a indiqué Lakhdar Benkhelaf.

Les rumeurs sur les origines marocaines de Abdelkader Bensalah ont été pourtant démenties dès février 2015 par le Soir d’Algérie. Le correspondant du journal à Tlemcen est affirmatif. « J’ai pu avoir accès à l’état civil de la commune mixte de Nedroma, il n’y a pas l’ombre d’un doute sur les origines de M. Bensalah, les gens sont étonnés par ces rumeurs », selon lui.

« Les Bensalah appartiennent aux aarchs des Béni Meshel, les plus anciens de la région des Gaadi de la commune de Filaoucène, appelée Mahraz. Le père et le grand-père de Bensalah Abdelkader reposent au mausolée de Sidi Benamar.»(*) Par la même occasion, Miloud a pu vérifier que l’arrière-grand-père de M. Bensalah était propriétaire de grandes superficies de terre cultivable », ajoute la même source (Lire).

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici