Les informations faisant état de versements effectués par l’Etat algérien au groupe émirati « Emirat international investment compagny » (EIIC) dans le cadre du projet d’investissement « Dounya Parc » sont « dénuées de tout fondement », a indiqué jeudi le ministère des Finances, rapporte l’APS.

La même source qui cite un communiqué du ministère des finances , affirme  « (qu’) il s’agit d’un investissement portant aménagement et mise en valeur d’un site dénommé « Parc des Grands Vents », adossé à la frange ouest de la ville d’Alger.

A cet effet, une convention d’investissement avec le groupe émirati « Emirat international investment compagny » (EIIC) a été approuvée en 2010 et signé en 2011.

Ce projet devait comprendre la création d’un parc public paysager de loisirs et de détente thématisé qui soit un complément à la ceinture verte d’Alger, ainsi que la réalisation d’un complexe métropolitain composé, notamment d’un complexe résidentiel et deux hôtels 4 et 5 étoiles et d’un centre de conventions et de conférences, précise la même source.

« La réalisation de ce projet, n’a pu se matérialiser selon le programme tracé compte tenu de contraintes diverses », a souligné le ministère des Finances.

Face à cette situation, et devant l’appréciation divergente par les parties algérienne et émiratie, cette dernière a introduit officiellement contre l’Etat algérien une action en arbitrage auprès du Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (Cirdi), a continué la même source.

Il convient de signaler que la procédure d’arbitrage est à ses débuts et qu’en l’occurrence aucune sentence n’a été prononcée à ce jour.

« En conséquence, toutes les informations faisant état de versements effectués, de quelques nature que ce soit, par l’État algérien à cette entreprise émiratie sont dénuées de tout fondement », a indiqué le ministère.

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici