« Toutes les institutions de la République servent de comité de soutien à l’inconnu. Tout le monde est en course pour le partage du gâteau, pour piller ce qui reste des richesses de l’Algérie. C’est la triste vérité ». Un constat fait ce samedi par Belaïd Abdelaziz, président du Front El- Moustakbal et candidat potentiel à l’élection présidentiel.

A partir de Sétif, et devant ses militants, Belaïd Abdelaziz a annoncé « (qu’) au vu de tous ces éléments, le parti doit se remettre en question ». Plus explicite, il annonce la tenue d’une réunion du bureau national d’El Moustakbal la semaine prochaine, pour débattre des élections présidentielles.

Belaïd Abdelaziz se prépare-t-il à se retirer de la course à l’élection présidentielle ? Cette option semble très sérieuse. « Il est impossible pour nous de prendre part à ce jeu destructif. Il est impossible de participer à une aventure politique alors que tout porte à croire que la fraude sera à grande échelle le 18 avril. Il est impossible pour nous de prendre part à ce sale jeu. Nous n’acceptons pas cette situation », lance-t-il à l’assistance.

Le président du Front El –Moustakbal a appelé les intellectuelles à prendre leur responsabilité. Il invite les agents de l’administration et les cadres de l’Etat « à ne pas céder aux pressions des lobbies qui ont pris en otage le pays  »

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici