Le Front El Adala ne présentera pas de candidat à la prochaine élection présidentielle prévue le 18 avril. Le parti d’Abdellah Djaballah, s’est dit toutefois « concerné » par cette échéance électorale.

En effet, le conseil consultatif du parti réuni, ce samedi 2 février, a mandaté Abdellah Djabballah pour travailler avec « toutes les forces actives de la société, l’opposition sérieuse et les personnalités nationales » dans la perspective « de présenter une candidature commune de l’opposition ».

Une source proche du parti a affirmé à Actu-fil.com qu’ Abdellah Djaballah arrêtera demain l’agenda de ses rencontres. Ali Benflis, le président du parti Talaie El Houriyet et candidat potentiel aux élections présidentielles, sera la première personnalité approchée.

Trancher  pour « un candidat du consensus » est-il envisageable pour l’opposition ? Cette dernière pourrait–elle s’unir autour de la candidature d’Ali Ghediri? Un membre influent au sein du parti El Adala écarte cette thèse : « Ali Ghediri ne peut être le candidat du consensus », précise notre source. La raison ? « Ghediri est déjà dans la campagne électorale, sa stratégie est ficelée. Je doute fort qu’il puisse accepter de présenter des  concessions dans le cadre du consensus espéré ».

La session du conseil consultatif d’El Adala reste ouverte. Le parti n ecarte pas de recourir au boycott des élections « dans le caw où l’initiative politique de Djaballah échoue ».    

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici