Ali Ghediri, candidat à l’élection présidentielle du 18 avril prochain, a dévoilé, dans la soirée de ce jeudi 31 janvier, les grandes lignes de son programme sur sa page Facebook. Le général-major à la retraite a d’abord parlé de la « rupture avec l’autoritarisme et le système de rente » avant d’aller vers « une véritable deuxième République démocratique et moderne ».

Ali Ghediri a évoqué ensuite la nécessité de retrouver « l’autorité de l’État » en consolidant « les fondements de la démocratie grâce à des institutions nationales démocratiques et élues ». Le candidat ambitionne de provoquer une rupture avec « l’instrumentalisation des composantes de l’identité nationale : l’islam, l’histoire, la langue arabe et la langue amazigh ». Ali Ghediri a également parlé de rupture avec les « inégalités ».

LIRE AUSSI : Ali Ghediri au forum de Liberté : « je défie le système, il ne me fait pas peur »

Dans son programme, il promet aussi la rupture avec le « discours démagogiques », les « pratiques populistes », la « distribution de la rente sur la base de calculs politiciens » et la « rupture avec l’économie de rente ». Ali Ghediri veut enfin provoquer une « rupture avec la centralisme stérile » et « consolider l’unité et la cohésion nationales dans le respect de la diversité et les libertés individuelles ».

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici