Le Mouvement de la société pour la paix (MSP) a qualifié le vendredi 1er mars de « jour historique » au cours duquel « le peuple algérien à travers tout le territoire national a exprimé son refus catégorique du cinquième mandat ».

Pour le parti d’Abderrezak Makri, ce « mouvement doit se poursuivre jusqu’à la concrétisation de ses objectifs et la correction du processus électoral » afin, écrit le MSP, que la « prochaine élection présidentielle, qu’elle soit organisée dans les temps ou ultérieurement, soit transparente ».

« Le peuple a exprimé son refus total et catégorique du cinquième mandat. Les responsables dans les différentes institutions de l’Etat doivent écouter la voix du peuple et assumer leurs responsabilités immédiatement et sans attendre. Qu’ils cessent d’imposer ce qui est illogique », a écrit le MSP dans un communiqué publié dans la soirée d’hier.

Pour le parti, les dirigeants ont échoué à « imposer un cinquième mandat ». Et cet « échec » devrait constituer « le début d’une nouvelle période à travers laquelle la volonté populaire sera consacrée pour choisir les institutions et les responsables ».

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici