Le président du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), Mohcine Belabbas, a reçu, ce jeudi 6 février, l’ambassadeur d’Espagne, Fernando Moran. Le représentant de l’Espagne à Alger « a voulu s’enquérir de l’analyse de la situation politique que fait le RCD et des éléments qui ont poussé le parti de privilégier une autre démarche de sortie de crise au lieu du classique boycott ou participation », précise le RCD sur son site.

Selon la même source, le président du RCD est revenu « longuement sur l’absence des conditions d’une compétition électorale ». Il a expliqué en outre « que le pouvoir s’achemine, encore une fois, à la désignation d’un chef de l’Etat alors que la crise politique fait peser de réels risques sur la stabilité et la cohésion nationales ».

Mohcine Belabbas, a notamment évoqué « la nécessité de réunir les conditions pour une transition qui met en place des contre pouvoirs pour jeter les bases d’un système politique nouveau qui rend au peuple algérien sa souveraineté avec des mécanismes démocratiques d’alternance ».

Le 1 février, le RCD a annoncé son boycott de l’élection présidentielle prévue le 18 avril prochain. Le conseil national du parti a rejeté « cette énième opération de désignation d’un chef de l’État », tout en mettant en garde « contre la tentation d’un règlement de comptes entre chapelles par institutions interposées ».

Le RCD a chargé également son secrétariat national « de finaliser un appel en vue d’un rassemblement le plus large afin de mobiliser les citoyens et les forces vives du pays autour de l’impératif d’un nouveau départ ».

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici