« Les échéances électorales et politiques ont été vidées de leur substance. Elles n’ont aucun impact depuis bien long temps. Ces échéances ont perdu leur intérêt. Elles ne sont ni en mesure de légitimer un pouvoir, encore moins de donner un pouvoir aux personnes élues y compris le président de la république », c’est ce qu’a déclaré l’ancien chef du gouvernement, Mouloud Hamrouche, dans un entretien paru aujourd’hui dans le quotidien national El Khabar.

Hamrouche est revenu sur la faillite du système politique algérien : « En Algérie, le pouvoir ne dirige pas, cela est en relation avec les mécanismes de travail du système politique algérien. Lorsque ce dernier prouve d’une certaine façon sa capacité de diriger, personne en son sein n’est tenue responsable de ses actes, personne n’est jugée » , poursuit-il.

L’ancien Premier ministre, conçoit les élections comme un « outil pour exercer le pouvoir » et non une simple « opération matérielle ». Hamrouche participera-t –il aux élections présidentielles d’avril ? « Vous m’avez posé une question sur les élections et j’y répondu », s’adresse-t-il au journaliste. En effet, le constat dressé par l’ancien chef du gouvernement sur l’opération électorale en Algérie laisse croire que l’homme n’est pas intéressé par cette échéance.

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici