En décidant d’organiser les festivités officielles célébrant le double anniversaire du 24 février à Adrar,  les autorités étaient loin d’imaginer la tournure qu’allait prendre cet évènement.

Abdelmalek Sellal, le directeur de campagne du président Bouteflika, le ministre de l’intérieur, Noureddine Bedeoui et Abdelmadjid Sidi Said, le Secrétaire général de l’UGTA, se sont rendus ce matin dans cette paisible wilaya, pour célébrer ce double anniversaires et au passage, défendre la candidature du président Bouteflika.

La délégation officielle a été accueillie dans une ambiance de liesse, colorée davantage par des salves de baroud et de chants folkloriques, rythmés par des troupes de karkabou, selon les images diffusées par une chaîne de télévision privée.

Sur les réseaux sociaux, c’est une toute autre ambiance qui est décrite. Les vidéos des manifestations contre le cinquième mandat devant le lieu de la célébration des festivités officielles à Adrar ont été largement partagées. A Adrar, la délégation officielle n’a finalement pas été accueillie  par les groupes folkloriques seulement; les  protestataires étaient là aussi.

«  Slmiya, Slmiya »,  « non au cinquième mandat » et d’autres slogans ont été scandés par les manifestants.

Aucune description de photo disponible.

Bedoui a fait son discours dans une salle à moitié vide. Le ministre de l’intérieur, chargé par le président Bouteflika de lire son message traditionnel à l’occasion de la célébration du double anniversaire de la création de l’Union générale des travailleurs algériens et de la nationalisation des hydrocarbures,  évite d’improviser.

Le message de Bouteflika qui intervient 48 h après les marches contre un cinquième mandat, ne dit justement rien sur ces manifestations. Poursuivant dans la logique de sa lettre de candidature, Bouteflika a vanté « les vertus de la continuité ».

«  Cet exposé succinct sur les différentes étapes de l’histoire contemporaine de l’Algérie en matière de lutte et d’édification se veut une manifeste illustration de mon message, le message des vertus de la continuité », précise le président. Avant de poursuivre, « la continuité qui fait que chaque génération apporte sa pierre à l’édifice des réalisations. Une continuité garantissant la persévérance dans la bonne voie et permettant de remédier aux erreurs marginales. Une continuité qui permet à l’Algérie de passer à la vitesse supérieure dans la course au progrès et à la prospérité ». A comprendre : «  le président ne compte pas  renoncer à sa candidature.

Qu’en pense Sellal ? Nullement perturbée par les manifestations, ce dernier est sorti même rassuré de sa rencontre avec quelques  cheikhs de zaouia. « Toutes les tranches de la société algérienne sont avec la candidature du président Bouteflika », a-t-il déclaré à la presse.

Quelle est maintenant l’avis d’Abdelmadjid Sidi Said concernant la contestation contre le cinquième mandat. « Jamais le président de la république n’a refusé une demande à  l’UGTA. Nous sommes avec le président (..) Celui qui ne paye pas ses dettes n’est pas un homme », lance, le patron de l’UGTA. Ce dernier va plus loin, en mettant en garde l’assistance et à  travers elle les algériens contre les risques du changement : « voulez-vous qu’on revienne au sang, aux larmes, aux orphelins, aux usines fermées, à la dette », lance-t-il. A partir d’Adrar, le président et ses partisans ont dit «non» au changement.

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici