« C’est au peuple algérien et à lui seul qu’il revient de choisir ses dirigeants, de décider de son avenir, et cela dans la paix et la sécurité (…) nous formons le vœu que cette élection donne à l’Algérie l’impulsion nécessaire pour faire face aux défis qui sont les siens et pour répondre aux aspirations profondes de sa population », a indiqué Benjamin Griveaux, porte- parole du gouvernement français, ce mercredi 27 février.

Apostrophé par la presse sur les manifestations en Algérie contre le 5e mandat,  le responsable français a avoué que cette question « a été très brièvement évoquée mercredi matin lors du Conseil des ministres », rapporte le quotidien  français 20 Minutes.

« On a pris note de la décision du président Bouteflika de se porter candidat à l’élection présidentielle qui se tient en Algérie le 18 avril prochain, et on souhaite que cette élection se déroule dans les bonnes conditions en assurant la transparence de la campagne », a ajouté le porte-parole, selon la même source.

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici