Nouria Benghabrit quitte le ministère de l’Education nationale qu’elle dirige depuis 2014. « Servir mon peuple et mon pays en tant que Ministre de l’Education nationale demeurera sans doute la responsabilité la plus importante de ma vie, d’enseignante chercheur, car il s’agit tout simplement de l’avenir de nos enfants », écrit-il sur sa page Facebook.

« L’engagement vers une école de qualité est un processus long et difficile, mais qui peut être gagné avec les efforts de tous », ajoute Nouria Benghabrit qui « remercie l’ensemble des cadres et des enseignants du secteur, mais également tous les syndicats et les associations de parent d’élèves ».

« Je les remercie pour avoir contribué ensemble à la construction d’une école qui devra former les citoyens de demain, enracinés dans nos traditions et notre algérianité, sûrs d’eux-mêmes pour échanger et prendre leur place dans le monde d’aujourd’hui », indique-t-elle.

« Je remercie également l’ensemble des citoyens et mes compatriotes internautes pour leurs interactions, propositions et soutien ; et m’engage à publier un bilan des accomplissements réalisés au cours de ma période à la tête du Ministère de l’Education nationale », poursuit-elle.

Nouria Benghabrit présente à son successeur, Abdelhakim Belaabed, ses « meilleurs vœux de succès et mes vifs encouragements ». « Je ne peux conclure sans émettre le souhait que le secteur de l’éducation nationale continue à s’élever à la hauteur des aspirations nécessaires au développement de notre pays parmi le concert des Nations », précise-t-elle.

Nouria Benghabrit a été ciblée par les islamistes et les conservateurs dès sa nomination au gouvernement en 2014. Ses détracteurs l’accusaient de vouloir favoriser l’enseignement du français au détriment de l’arabe et de vouloir supprimer l’enseignement de l’éducation islamique à l’école.

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici