Le mouvement Mouwatana a appelé, ce mardi 22 janvier, les potentiels candidats à l’élection présidentielle du 18 avril prochain à ne pas donner de la « crédibilité » au scrutin « par leur présence ». « La délégation générale de Mouwatana espère que les candidats potentiels à la prochaine élection présidentielle refuseront de crédibiliser, par leur présence, un scrutin dont l’issue ne fera aucun doute, à l’instar des scrutins précédents », écrit-il dans un communiqué signé par son coordonateur national, Soufiane Djilali.

Mouwatana dit relever « avec satisfaction l’échec de la tentative de prolongation illégale et anti constitutionnelle, d’un mandat, lui-même contestable et contesté dans sa légitimité ». « La vacuité de la Présidence de la République est ainsi devenue une évidence pour tous (…). Ayant échoué à prorogé une présidence virtuelle, le pouvoir tentera, encore une fois, de se maintenir, cette fois-ci par un 5ème mandat aussi scandaleux que dangereux pour le pays », affirme-t-il.

Mouwatana assure qu’un cinquième mandat fera entrer le pays « dans un cycle de décomposition de l’Etat lui-même ». « Les échecs sans appel de l’actuel régime, dans la gestion politique, économique et sociale feront le lit d’une révolte populaire dont les conséquences pourraient être dévastatrices si un changement significatif et un nouvel espoir ne sont pas à l’ordre du jour », poursuit le mouvement qui « réitère avec force son refus d’un cinquième mandat ».

 

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici