« Nous nous réjouissons que le régime continue de reculer sous la pression populaire , et que l’armée se rallie, même si de manière contestable avec le recours à l’article 102, à la volonté des Algériens de voir le président de la République de ne plus rester à la tête de l’État après la fin de son mandat », précise un communiqué du Mouvement Mouwatana rendu public, ce lundi 1 avril.

Le mouvement rejette néanmoins cet article, car s’il était appliqué, « attribue l’intérim constitutionnel au président du sénat et maintien donc la main du régime sur le prochain processus électoral ».

« Les Algériens vont continuer à manifester pour le départ du régime et pour une période de transition conduite par des personnalités se ralliant à la charte de valeurs  et des principes du Mouvement et à sa feuille politique tracée  le 13 octobre 2018 », atteste-t-il.

Mouwatana a déclaré son intention de s’ouvrir « aux énergies nouvelles que le mouvement  populaire à libéré depuis le 22 février et se connecter plus fortement au mouvement de la société civile ».

Il appelle à l’auto- organisation des Algériens partout ou il sont,  dans leurs corporations,  et leurs lieux de vie, « afin de reprendre en main le destin de la vie publique, si  long temps confisquée ».

L’image contient peut-être : texte

 

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici