Mostefa Bouchachi a « regretté », dans la soirée de ce jeudi 11 avril, le dernier communiqué du général de corps d’armée, Ahmed Gaïd Salah. « Je regrette le dernier communiqué. Le chef d’état-major dit qu’il ne veut pas de revendications irréalisables. Le peuple algérien n’a pas formulé des revendications irréalisables. Dans tous les pays qui ont connu des périodes de transition, on n’a pas fait appel aux symboles du système corrompu », a-t-il indiqué dans une vidéo diffusée sur sa page Facebook.

« Ces demandes ne sont pas irréalisables », a insisté Mostefa Bouchachi avant d’ajouter: « le système peut violer la loi et la Constitution et quand le peuple demande l’application de l’article 7 on parle de demandes irréalisables ». Pour l’avocat, le « temps où l’institution ou l’Armée nationale populaire désignait les présidents doit s’arrêter ». « Il faut donner cette liberté au peuple algérien », a affirmé le militants des droits de l’homme qui appelle à « sauver la révolution ».

« Il faut qu’on continue. La continuité doit se faire de manière pacifique. Nos revendications ne sont pas irréalisables. Elles sont légitimes », assure-t-il.

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici