Me Mokrane Aït Larbi a dénoncé, ce mardi 9 avril, une « contre révolution » qui « entame sa phrase pratique ». « Avec l’arrivée de Bensalah au palais d’El-Mouradia, et le maintien de Bedoui au Palais du gouvernement et de Belaiz à la tête du Conseil constitutionnel, la contre révolution entame sa phase pratique », écrit l’avocat et militant des droits de l’homme.

« L’organisation de l’élection présidentielle sous les directives des experts en fraude et en corruption, et dans un délai de 90 jours, mènera inévitablement au maintien du système pour une génération au moins », ajoute-t-il. Pour lui, le « système résiste par tous les moyens, mais toutes ces tentatives de se maintenir trébucheront sur l’unité du peuple, désireux plus que jamais d’en finir avec le système corrompu ».

« Non à la confiscation de la révolution populaire et à la répétition du scénario de 1962.
Non au système corrompu. Le chemin est long et certainement difficile, mais grâce à notre unité et à notre détermination à poursuivre notre lutte et notre révolution pacifique, nous réussirons à vaincre l’autocratie et la corruption. Vive la révolution pacifique », conclut-il.

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici