Des manifestants marchent sur le boulevard Mohamed V. Photo prise par Hadjer Guenanfa.

Les manifestations contre le cinquième mandat du président de la République se multiplient depuis près de deux semaines. Plusieurs pays étrangers ont réagi ces derniers jours. « Nous sommes extrêmement attentifs à ce qui se passe depuis maintenant deux semaines », a indiqué le secrétaire d’État auprès du ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères.

Le soir même, c’est le Département d’État américain qui réagit. « Nous observons ces manifestations en Algérie et nous allons continuer à le faire », a déclaré à la presse Robert Palladino, porte-parole de la diplomatie américaine. « Les États-Unis soutiennent le peuple algérien et leur droit à manifester pacifiquement », a-t-il ajouté.

Sur les réseaux sociaux, de nombreux Algériens ont dénoncé l’ingérence de ces puissances étrangères dans les affaires internes du pays. « Je dis à toute partie étrangère que les manifestations se déroule de manière civilisée, que personne nous a interdit de le faire et ne vous mêlez pas. C’est entre nous », a écrit Abdelghani Badi, avocat et membre du mouvement Mouwatana.

« Les grandes puissances fourrent leurs nez dans notre pays. Notre problème du système est l’affaire des Algériens et eux seuls. Les solutions internationales, on n’en veut pas », écrit Ramdane Tâzibt, député du Parti des travailleurs (PT) sur Facebook.

D’autres internautes sont revenus avec humour les réactions des gouvernements étrangers concernant les manifestations en Algérie. « C’est bon, on peut manifester mes frères. Les Américains nous ont autorisé à le faire », ironise Nesrine sur Facebook.

« Nous demandons l’expulsion immédiate de l’ambassadeur et de sa femme dans la tenue folklorique de leur choix », écrit Omar. « Restons unis, pacifiques, et fraternels et disons non à toute ingérence étrangère », insiste Noureddine.

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici