L’intersyndicale de l’éducation, réunie ce jeudi 14 janvier à Alger, a appelé à une grève nationale les 26 et 27 février, ainsi qu’à des rassemblements régionaux dans quatre wilayas.

Dans une déclaration à Actu-fil.com, Dziri Sadek, le président de l’Unpef affirme « que cette grève est décidée suite au refus de la tutelle de prendre en charge les revendications du collectif des syndicats autonomes ».

Les six syndicats autonomes qui composent l’intersyndical de l’éducation à savoir l’Unpef, le Cnapeste, le Snapest, le SNTE, le CLA et le Satef, revendique notamment le maintien de la retraite proportionnelle et de la retraite sans condition d’âge, l’abrogation définitive de l’article 87 bis de la loi de finances de 2015) et l’application du décret présidentiel 266/14.

Le collectif des syndicats autonomes a organisé le 21 janvier une grève nationale d’une journée. Le tribunal administratif de Bir Mourad-Raïs l’avait jugé « illégal ».

Nouria Benghebrit, la ministre de l’éducation nationale avait son incapacité à prendre en charge les revendications sociales soulevées par l’intersyndicale de l’éducation. «Nous avons répondu à l’essentiel des revendications pédagogiques. Concernant les revendications sociales, elle relèvent des prérogatives du gouvernement», a-telle déclaré

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici