Les études scientifiques réalisées sur les activités cérébrales ont récemment permis de découvrir que les femmes bénéficieraient d’un cerveau à l’âge plus jeune par rapport à celui des hommes. Ce qui explique un processus de vieillissement du cerveau moins rapide chez la gente féminine. 

Suite aux recherches réalisées par des scientifiques américains, l’âge cérébral masculin serait plus vieux par rapport à celui des femmes. C’est pourquoi, au delà de 70 ans, on peut constater de meilleures performances cognitives chez les femmes, plutôt que chez les hommes. 

Un écart considérable de 4 ans sur les hommes

Il est bien connu que les aptitudes cérébrales et l’état de notre substance grise changent au fil des années. A cet effet, des médecins experts issus de l’Université de Saint-Louis, aux Etats-Unis, ont entamé des recherches sur le sujet. Les résultats démontrent que depuis l’âge adulte jusqu’au stade “senior”, le métabolisme du cerveau était plus accentué chez les femmes que chez les hommes, en raison d’un âge plus jeune. Il a notamment été prouvé qu’à un même âge, le cerveau féminin avait 4 ans d’avance sur celui des gentlemen. Dans le cadre de cette observation, les chercheurs scientifiques avait procédé à une analyse approfondie du cerveau, par le biais d’une tomographie par émission de positrons. Cette méthode a pour objectif de quantifier l’émission de l’oxygène et du glucose dans le système nerveux central. Un panel composé de 121 femmes et 84 hommes situés dans la tranche d’âge entre 20 et 82 ans ont ainsi été sollicités, pour participer à l’expérimentation. Par la suite, un algorithme informatique a permis de présager l’âge cérébral des bénévoles.

Des activités cognitives plus avancées chez les femmes

Résultats de l’expérimentation, le cerveau des femmes était exactement 3,8 ans plus jeune que leur véritable âge. Une conclusion résultant du processus de métabolisme du glucose par le cerveau, qui serait plus optimal chez les femmes que chez les hommes. En effet, selon le neurobiologiste, Dr Marcus Raichle, la manière dont le cerveau assimile le glucose expliquerait pourquoi les personnes âgées de sexe féminin, ayant 70 ans et plus obtiennent de meilleurs résultats à l’issue des tests cognitifs qui leurs sont soumis.