La ministre de l’éducation, Nouria Benghebrit, a affirmé, ce dimanche 13 janvier, que son département ne cédera pas au chantage des syndicats du secteur. «En 2014, notre rôle était d’exécuter les revendications des syndicats, mais les choses ont changé depuis», a-t-elle expliqué lors de son passage à l’émission  » DAIF Essabah » de la chaine 1 de la radio nationale.
« Le ministère de l’Education nationale a modifié sa stratégie de dialogue et de débat avec le partenaire social. Au lieu de satisfaire les revendications comme fut le cas en 2014 et 2015, la tutelle s’attelle à examiner, minutieusement, les problèmes posés par les représentants des syndicats», relève la ministre.
Cette dernière est revenue sur les revendications des syndicats, notamment en ce qui concerne « les dysfonctionnements enregistrées dans la mise en application du statut particulier de 2012». Elle annonce néanmoins que « les discussions autour de ce point ont atteint la phase finale ».
Benghebrit, a profité de l’occasion pour mettre en avant « les grandes divergences » entre les différents syndicats sur ce point précis.
Concernant le retard affiché dans le traitement des œuvres sociales, la ministre précise que cela ne relève de son secteur.

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici