Le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) a lancé, ce dimanche 10 février, son appel pour un « dialogue courageux, loyal et fraternel » pour sortir de la crise que vit actuellement le pays. « Pour le RCD, l’heure n’est pas à l’engagement dans des processus électoraux joués d’avance mais à l’ouverture d’un dialogue courageux, loyal et fraternel pour explorer les meilleures voies permettant la mise en place de conditions faisant du citoyen l’arbitre et l’acteur de son destin », estime le parti de Mohcine Belabbas.

« Une fois ces fondements définis et adoptés les urnes pourront, pour la première fois de l’histoire de la république algérienne donner leur verdict », a-t-il ajouté. Les « résultats » des rencontres et des échanges « exploratoires » que le parti va initier « tant au niveau local qu’avec les directions nationales des diverses structures politiques, syndicales et associatives » vont faire l’objet « d’une première évaluation qui aura lieu avant la date du 18 avril 2019 », poursuit le RCD qui précise que ces « données serviront à affiner les réflexions pour donner une impulsion politique nourrie par des propositions de nos bases respectives d’où émergera le compromis opérationnel et l’agenda qui le déclinera ».

Pour le RCD, les « postures manichéennes ne suffisent plus à rendre compte d’une situation bloquée à l’intérieur et illisible à l’extérieur » dans une « scène politique régentée par la police politique ». «  La ligne de crête doit distinguer les forces susceptibles d’adhérer à la défense de l’intérêt général et les éléments motivés par la recherche de reclassements carriéristes. L’objectif est de repenser l’organisation et le fonctionnement de l’État et de la république dans sa globalité pour sortir des crises cycliques que vit le pays depuis son indépendance », assure-t-il.

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici