Le Parti des travailleurs (PT) a réagi, ce lundi 1er avril, à la nouvelle composition du gouvernement annoncée hier soir. « Précédée et préparée par de folles rumeurs sciemment répandues, dont l’arrestation théâtrale d’hommes d’affaires dans une démarche subliminale, hier a été rendue publique, une nouvelle tentative de sauvetage du système matérialisée dans un pseudo-changement dans le gouvernement », indique le parti de Louisa Hanoune dans un communiqué.

« Par-delà les personnes qui ont intégré le gouvernement, sélectionnées sur la base de critères obscures et qui pour certaines relèvent de l’ubuesque cette vaine opération de replâtrage, attribuée au président de la République est un contournement de la volonté de l’écrasante majorité de chasser un système obsolète et périmé. C’est un déni clair des aspirations de la majorité du peuple d’exercer sa pleine souveraineté confisquée depuis 1962 et une insulte à l’égard de son intelligence », ajoute la même source.

Pour le PT, il s’agit d’une « preuve supplémentaire, si besoin était encore, qu’il ne peut y avoir de solution dans et à partir du système en place ». « D’ailleurs, avec cette nouvelle manœuvre, les partisans du maintien du système, confirment qu’ils sont aux abois, déboussolés », assure-t-il.

« Les dizaines de millions d’Algériennes et d’Algériens qui depuis le 22 février sont mobilisés pacifiquement, sauront déjouer toutes les manigances des forces dans et en dehors des institutions délitées qui s’acharnent contre les aspirations de l’écrasante majorité du peuple », estime-t-il.

Le Parti des travailleurs revient ensuite sur la proposition du général Ahmed Gaid Salah. Il rappelle que l’annonce du nouveau gouvernement intervient « suite au brandissement par le chef d’Etat-major du recours à l’article 102, habillé en un deuxième temps par les articles 7 et 8 de la constitution, impliquant dangereusement l’ANP, malgré le rejet de l’écrasante majorité du peuple qui y voit un détournement des objectifs du processus révolutionnaire ».

« Il apparaît clairement que le prétendu nouveau gouvernement est le produit d’une transaction politique qui s’apparente à un chantage et dont l’objectif est la continuité du système et du régime présidentialiste oppresseur rejetés par l’écrasante majorité », affirme le parti.

« Cette opération s’inscrit donc dans la protection des intérêts et ou privilèges des parties en conflit au sommet de l’Etat et qui prennent en otage le pays. Elle est donc étrangère aux aspirations de l’écrasante majorité qui a dit gouvernement démission, parlement dissolution ! Elle a dit, partez tous et maintenant ! Non à tous vos subterfuges et manœuvres. Alors, dehors la république des copains et des coquins. Place à la souveraineté du peuple algérien qui établira une vraie république », insiste-t-il.

Le PT estime aussi que « plus que jamais, seule, l’Assemblée constituante nationale et souveraine (ACNS) est à même de consacrer l’exercice de sa souveraineté par la majorité du peuple pour opérer la refondation politique institutionnelle nationale et donc constitutionnelle ».

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici