Le Rassemblement national démocratique (RND) semble avoir pris un nouveau virage dans ce contexte marqué par les manifestations populaires contre le prolongement du mandat du président de la République et contre le système. Dans la soirée de ce mardi 19 mars, le porte-parole du parti réaffirme, sans aucune ambiguïté, le soutien de sa formation politique au mouvement populaire.

« Je ne pense que personne ne peut arrêter la marche de l’histoire ou la volonté populaire », a déclaré Seddik Chiheb sur El Bilad TV. Cet élu et cadre du RND évoque un « éveil de la conscience de la Nation qui refuse désormais le statut quo ». « On encourage ce mouvement pour que l’Algérie ne soit pas un jouet dans les mains de ces parties qui font bouger les choses dans l’ombre », a-t-il lâché.

Dans son intervention, le porte-parole du RND a même estimé que le soutien au cinquième mandat d’Abdelaziz Bouteflika était finalement une erreur. « La candidature du président de la République à un cinquième mandat dans son état est un manque de perspicacité de notre part. On s’est trompé et on n’avait pas le courage de le dire », a avoué Seddik Chiheb.

Ce dernier a affirmé que sa famille politique ne faisait pas partie de ceux qui étaient convaincus par le cinquième mandat du chef de l’État. « On ne fait pas partie de ceux qui étaient convaincus de la candidature du président dans son état », a-t-il dit. Comment explique-t-il le discours de M. Ouyahia avant l’avènement du mouvement, M. Chiheb précise que le « discours est une chose et la conviction en est une autre ».

Cet élu et cadre du RND prend la défense de l’ex-Premier ministre. « Ahmed Ouyahia, secrétaire général du RND, est l’enfant du peuple. C’est l’enfant d’un quartier populaire », a-t-il indiqué. Pour lui, il « n’est pas de ceux qui changent de position selon la direction du vent ». « Ouyahia a dit les choses dans un contexte particulier », a-t-il ajouté.

Ahmed Ouyahia a déclaré son soutien au cinquième mandat « quand le président a décidé de se présenter et quand lui était Premier ministre », selon lui. « Vous voyez un Premier ministre dire autre chose ? », a-t-il lancé. Interrogé sur les contradictions dans les positions du parti, Seddik Chiheb évoque la volonté du peuple et des « positions » qui « changent selon le temps, le lieu, les objectifs et les intérêts »

Le porte-parole du RND accuse des « parties » qui ont travaillé durant plusieurs années pour « diaboliser » Ahmed Ouyahia. « Je suis convaincu que M. Ouyahia est un gestionnaire compétent, patriote et fidèle à ses engagements politiques. Des parties travaillent depuis des années et à travers plusieurs moyens à diaboliser Ouyahia pour que l’Algérie soit gérée de la même manière », a-t-il assuré. « C’est le premier (responsable) à dénoncer l’argent sale », a souligné ce responsable.

1 COMMENTAIRE

  1. Alors, maintenant il n’a plus qu’à aider le peuple Algérien, afin de ne pas agraver sa situation plus qu’elle ne l’est.
    Il commence par dire où est finalement le président, qu’est ce qu’on a fait de lui. Pour dire son opinion on peut dire NON.
    Notre prophète Ibrahim a dit NON à son père :tu as ta religion et j’ai la mienne !
    Quant au pardon, il est Algérien Ouyahia est Algérien…..
    Fraternellement.

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici