Le parquet général près la cour d’Alger a annoncé, ce lundi 1er avril, des enquêtes préliminaires pour des « faits de corruption et de transferts illicites de capitaux à l’étranger ». Il a également évoqué la mise en oeuvre de la procédure d’interdiction de sortie du territoire à « l’encontre de certaines personnes ».

« Conformément à l’article 11 alinéas 3 du code de procédure pénale, le parquet général près la cour d’Alger, porte à la connaissance de l’opinion publique, que des enquêtes préliminaires sont mis en œuvre pour des faites de corruption et de transfert illicite de capitaux à l’étranger », indique le parquet dans un communiqué.

« Dans ce cadre et pour les nécessités des enquêtes , le procureur de la République près le tribunal de Sidi M’ahmed a procédé à l’application des dispositions de l’article 36 bis 1 du code de procédure pénales et a pris des mesures conservatoires en ordonnant l’interdiction de sortie du territoire national à l’encontre de certaines personnes », ajoute-t-il.

L’annonce du parquet général intervient au lendemain de l’arrestation d’Ali Haddad au niveau du poste frontalier d’Oum Tboul. Le parquet général près la cour d’Alger n’évoque pas le cas de l’homme d’affaires dont le groupe a évoqué, dans la soirée du dimanche 31 mars, la disparition.

LIRE AUSSI: L’ETRHB évoque la « disparition » d’Ali Haddad

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici