Le Haut commissariat pour les réfugiés (HCR) s’est dit « préoccupé », ce jeudi 3 janvier, par la « sécurité des personnes vulnérables originaires de Syrie, du Yémen et de Palestine qui seraient bloquées à la frontière avec le Niger, au sud de l’Algérie ». Dans son communiqué, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés affirme avoir « reçu des informations selon lesquelles le groupe, composé d’environ 120 Syriens, Palestiniens et Yéménites, avait été détenu au centre de Tamanrasset dans le sud de l’Algérie, avant d’être conduit vers une zone proche du poste-frontière de Guezzam, le 26 décembre dernier ».

« Certaines des personnes de ce groupe sont connues du HCR comme étant des réfugiés enregistrés qui ont fui le conflit et les persécutions ou qui ont signalé avoir tenté d’obtenir une protection internationale en Algérie », précise le HCR. « Selon les informations reçues par le HCR, 20 personnes appartenant à ce groupe sont actuellement bloquées dans le désert, à trois kilomètres du poste-frontière de Guezzam où elles sont exposées aux éléments. Les 100 autres qui ont été transportées vers la frontière sont portées disparues », ajoute-t-il.

L’agence onusienne assure être « en contact avec les autorités algériennes au sujet de cet incident ». Elle « demande à accéder à ces personnes pour évaluer leurs besoins en matière de protection ». « Compte tenu de l’urgence de fournir une aide humanitaire aux personnes bloquées, le HCR appelle les autorités algériennes à pouvoir accéder à ces personnes, à répondre aux besoins humanitaires, à identifier les personnes qui ont besoin de protection internationale et à assurer leur sécurité », écrit l’agence onusienne.

Le HCR dit également reconnaître les « difficultés rencontrées par l’Algérie pour faire face aux mouvements mixtes » tout en maintenant « une communication régulière avec les autorités pour gérer la situation des réfugiés et des demandeurs d’asile, qui peuvent faire l’objet d’arrestations et d’expulsions ». « L’Algérie a ouvert ses portes à environ 50 000 réfugiés syriens en quête de sécurité dans le pays et nous appelons les autorités à étendre cette hospitalité aux personnes qui en ont besoin », rappelle la même source.

 

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici