Cevital a publié sur sa page Facebook, ce mercredi 27 février, un communiqué où le groupe privé s’adresse aux décideurs et où il évoque le « blocage du projet de trituration » à Béjaïa « qui vient de dépasser la barre des 700 jours », selon lui.

« Nous vous avons alerté à maintes reprises sur cet acte de sabotage caractérisé de l’économie de notre pays, mais sans jamais recevoir de réponse de votre part », précise le groupe d’Issad Rebrab.

« En cette période électorale, vous multipliez les déclarations appelant, au nom d’une certaine continuité à la nécessité de développer et de diversifier notre économie. Il se trouve que jusqu’à présent, il a été plutôt question de blocages et d’entraves à cette diversification », accuse la même source.

« Qu’attendez-vous donc pour libérer ce projet, censé créer plus de 100.000 emplois directs et indirects, en plus de faire passer l’Algérie du stade d’importateur au stade d’exportateur des huiles brutes et tourteaux de soja, qui coûtent actuellement à notre pays 1,5 milliard de dollars par an ? », s’interroge le groupe privé.

Cevital évoque encore la continuité. « Est-ce celle de la continuité dans le sabotage de notre pays, au profit d’une poignée d’individus prêts à sacrifier l’avenir de nos enfants pour sauvegarder des intérêts particuliers mal acquis ? », se demande encore le groupe d’Issad Rebrab.

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici