« Qui a parlé du congrès ? La priorité absolue du FLN est la présidentielle du mois d’avril », a confié, ce mercredi 9 janvier, un cadre dirigeant du parti à actu-fil.com. Notre interlocuteur est catégorique: « les assises du parti se tiendront après les élections présidentielles ». Les promesses du coordonnateur de l’instance dirigeante du FLN, Mouad Bouchareb, faites ces derniers jours laissant croire à la tenue d’un congrès réunificateur avant le mois d’avril, semblent destiner à calmer « un Front » en éternel ébullition.

A quoi joue Mouad Boucareb ? 

Au sein de la direction du parti, la question n’est même pas posée. Réunie samedi passé, l’instance de coordination du FLN, présidée par Bouchareb, a ignoré totalement la question relative à la tenue du congrès. « Nous n’avons pas abordé ce point », affirme notre source qui ajoute « qu’aucune démarche n’est entreprise pour préparer ce rendez-vous ».

À quoi riment les sorties de Mouad Bouchareb ? Depuis sa nomination, ce dernier s’est positionné en « rassembleur ». Tout comme son prédécesseur, Djamel Ould Abbas, il a lancé une initiative pour rapprocher les parties en conflit. Une démarche qui a vite viré à l’échec. Il faut dire que le nouveau patron du FLN a hérité d’une situation explosive. Peut-il réellement réussir là où son prédécesseur a échoué ? Le pari est difficile : comme Ould Abbas, Bouchareb manque de légitimité. Ce dernier a été parachuté à la tête du parti sur décision de la Présidence. Le comité central, l’instance suprême entre deux congrès, n’a été ni sollicité, ni associé dans la prise de décision.

Le parti se trouve dans une situation « d’exception », avec le gel de toutes ses instances organiques. La marge de manœuvre de Bouchareb est très réduite. Un cadre dirigeant du parti avoue « qu’il (Bouchareb, NDLR) est là pour gérer les affaires courantes ». « Le coordinateur de l’instance dirigeante ne peut rien proposer, rien entreprendre, parce qu’il n’est pas élu par le CC », argue-t-il. Le congrès parait un « subterfuge », pour gagner du temps  et un moyen pour calmer les militants du FLN. « On ne peut improviser un congrès. Il nécessite des mois de préparation au niveau de la base », note-t-il.
Prochaine etape.
Selon nos informations, les membres de l’instance exacitive du FLN seront révélés dans les prochains jours. Nous apprenons aussi que c’est à cette instance que reviendra le privilège d’annoncer le nom du candidat du FLN pour les prochaines présidentielles. « En l’absence du CC, C’est l’instance exécutif qui désignera notre candidat », précise notre source avant d’ajouter « Abdelaziz Bouteflika reste notre seul et unique candidat ».

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici