Pour celles qui souhaitent changer de look pour la rentrée prochaine, voici la coupe qui fait actuellement ravage au sein des salons de coiffure: le carré court 

Déjà très prisée au sein des salons de beauté, la coupe « carré court » semble bien cartonner pour cette année. Zoom sur cette coiffure virevoltante qui a su conquérir le coeur de plusieurs femmes à l’approche de la rentrée. 

Des penchants communs suite au contexte de crise lié au Coronavirus 

Après de nombreuses journées passées à rester chez soi, le déconfinement a été l’occasion plus que jamais, pour de nombreuses femmes de revaloriser leur beauté en changeant de look. C’est le cas par exemple pour Nabilla qui a décidé de changer sa coiffure de cheveux. Ainsi, les nouvelles coupes ont explosé sur la toile et la tendance est actuellement aux cheveux courts, comme en témoignent de nombreux professionnels des salons de coiffure. Ces derniers expliquent que suite au confinement, la majorité des clientes recherchaient un changement de style radical et surtout une chevelure avec plus de volumes et de mouvements. Au programme donc: coupe carré, court, frange, changement de teinte… Bref, le look glamour et efféminé revient à la mode. De quoi occuper les coiffeurs pour un bon moment durant cette période post-covid-19 très particulière. 

Le retour en force de la coupe au carré 

Suite à ces longs mois cauchemardesques à ne pas pouvoir sortir de chez soi, les clientes des salons de beauté sont nombreuses à opter actuellement pour des coupes au carré. En effet, pour retrouver la santé et l‘éclat naturel de leurs cheveux (symboles de richesse et énorme pouvoir de séduction), les femmes préfèrent se mettre aux cheveux courts. A ce titre, selon Larry King, la coupe au carré qui est à l’heure actuelle, très en vogue chez les célébrités comme chez les femmes en quête de nouveau style de coiffure, permet de créer la silhouette idéale, grâce au poids naturel des cheveux. En d’autres termes, les coupes ne sont pas encombrées de dégradées, et leur tenue lisse et sublime frappe par l’absence de fioritures.