« Je ne suis pas désigné pour présider la Conférence nationale de transition », a affirmé  ce mercredi 13 mars, l’ancien  diplomate algérien , Lakhdar Brahimi, qui dément ainsi  les informations qui ont circulé sur ce sujet.  « J’espère qu’on trouvera parmi les millions de compétences que comptent ce pays un homme ou une femmes capable de présider cette Conférence », dit-il.

Brahimi est revenu sur sa rencontre avec le président, tenue au lendemain de son retour de Genève. Concernant  la santé d’Abdelaziz Bouteflika, Brahimi décrit  « un homme malade avec une voix inaudible ».   » Il est incapable de prononcer un discours, mais sa vie n’est pas menacée,  et il a repris à 100% ses capacités mentales », précise-t-il.

Le diplomate estime que le président à répondu dans  son dernier message à toutes « les revendications de la rue »,  notamment concernant le report des élections présidentielles.

« Durant mon séjour en Algérie, j’ai rencontré des personnalités de l’opposition et des partisans de Bouteflika, je peux vous confirmer que les deux parties  ont demandé le report des élections », souligne-t-il.

La transition proposée par le président de la République va durer combien de temps?  » Allah Aalam »,(Dieu seul le sait) affirme Brahimi, qui précise que « le changement ne doit pas se faire dans la précipitation ».

 

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici