La situation financière actuelle du pays ne permet pas de généraliser le dégel des projets à tous les secteurs, a reconnu, ce jeudi 14 février, le ministre des finances Abderrahmane Raouya, selon l’APS

Devant les sénateurs, le ministre a reconnu les difficultés financières dont fait face l’Algérie. « La décision du gel n’est pas définitive et sera levée graduellement, dès la disponibilité des ressources financières publiques, comme fut le cas pour les projets des secteurs de l’éducation, de la santé, des ressources en eau et de l’enseignement supérieur, qui revêtent un caractère prioritaire », a-t-il rassuré.

Les autorités publiques avaient recouru au gel des projets de développement, à travers l’ensemble du territoire national, sans exclusion aucune, en raison de la baisse des ressources financières du pays, « et partant il a été décidé de focaliser les efforts sur les projets en cours de réalisation et de reporter ceux non encore lancés », a-t-il expliqué.

Le gouvernement compte remédier à cette situation, « par l’amélioration des recettes des fiscalités ordinaire et pétrolière », précise le ministre.

Ahmed Ouyahia , le Premier ministre a affirmé début de ce mois que les réserves de change de l’Algérie avoisine ont chuté à 97 milliards de dollars.

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici