Talaïe El Houriyet a estimé, ce samedi 26 janvier, que la convocation du corps électoral pour l’élection présidentielle du 18 avril prochain « ne diminue en rien la densité du brouillard qui enveloppe le champ politique national où l’affrontement entre des cercles du pouvoir politique dans la perspective de la prochaine élection présidentielle fait courir au pays des risques de dérapage et l’expose à des menaces à sa stabilité et à sa sécurité nationale ».

« L’élection présidentielle d’avril prochain est capitale pour le devenir de notre pays, confronté à des défis multiples qui ne peuvent être relevés que par un pouvoir légitime, issu d’un scrutin régulier, loyal et transparent , capable de réunir les Algériens autour d’un consensus populaire pour dépasser la crise multidimensionnelle qui affecte gravement notre pays, ouvrir de nouvelles perspectives politiques, économiques et sociales et redonner espoir à notre jeunesse en un avenir prometteur », ajoute le bureau politique du parti d’Ali Benflis dans un communiqué.

Talaïe El Houriyet est revenu sur les appels lancés par les partis au pouvoir pour la « continuité ». « La continuité que prônent certaines forces politiques, synonyme de statu quo et d’immobilisme, au moment où le changement s’impose impérativement pour le sauvetage de notre pays, ne peut qu’approfondir l’impasse politique actuelle, accroître la mainmise des forces extra-constitutionnelles sur la décision nationale, exacerber les luttes intestines au sein du pouvoir politique en place, fragiliser la stabilité du pays, aggraver la situation économique, attiser les conflits sociaux, et affaiblir davantage la position de notre pays dans son environnement géopolitique », affirme la même source.

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici