En Espagne, une unité de la police enquête depuis plusieurs mois sur « un scandale de corruption hispano-marocain qui aurait permis l’entrée à Ceuta (enclave espagnole au Maroc) de près d’un millier d’immigrés algériens en situation irrégulière en 2018 et probablement de plusieurs centaines les années précédentes », rapporte le quotidien espagnol, El confidencial, qui cite « des sources bien informées ».

« Les chiffres sont accablants », commente le même média. En 2018, 926 Algériens ont été inscrits au Centre pour le séjour temporaire des immigrants (CETI) à Ceuta. C’est la première fois que le nombre des Algériens « est comparable à celui de tous les Africains subsahariens (965) », relève El Confidencial.

Fin décembre, 260 Algériens étaient hébergés dans le CETI. Ils « étaient encore plus nombreux que les subsahariens », selon la même source. Le journal espagnol précise que « de plus en plus d’Algériens entrent de manière irrégulière dans la ville » chaque année depuis 2011. « L’augmentation enregistrée entre 2017 et 2018 (+ 71%) est sans précédent », estime-t-il. .

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici