La Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH) a appelé, ce mardi 15 janvier, la cour suprême à « examiner sans délais son dossier pour lui permettre de recourir à sa liberté et de regagner sa famille ». « Le 18 janvier, jour pour jour, Touati Merzoug blogueur et détenu d’opinion bouclera deux ans de prison », précise-t-elle.

L’organisation rappelle que Merzoug Touati a été interpellé « suite à des publications sur son blog et les réseaux sociaux dans le sillage des événements survenus à Béjaïa en protestation contre la loi de finance 2017 ». Il a été poursuivi « sous des chefs d’inculpations graves et lourds allant jusqu’a la peine capitale » dont « l’intelligence avec l’étranger pour nuire aux intérêt du pays ».

« Lors de ses deux procès en première et deuxième instance en mai et juin 2018 à Bejaia, les représentants du parquet (procureurs) ont requis 25 ans de prison ferme à l’encontre de Touati Merzoug qui a été finalement condamné à sept ans de prison ferme », poursuit la même source.

La ligue réitère sa « demande pressante pour la libération du blogueur et détenu d’opinion Touati Merzoug » qui est actuellement à la prison de Blida. Elle appelle également à la « libération de l’ensemble des détenus d’opinion et à l’ouverture des champs d’expression démocratique et d’exercice des droits et libertés », conclut-elle.

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici