La Ligue algérienne pour la défense droits de l’homme (LADDH) a évoqué, ce samedi 16 février, des « informations faisant état ces (derniers) jours et encore aujourd’hui, de l’interpellation de plusieurs personnes dans plusieurs wilayas et localités du pays pour avoir exprimé « pacifiquement leur opposition à la candidature du président de République pour un 5e mandat ».

LIRE AUSSI: Une marche contre le cinquième mandat à Béjaïa (Vidéo)

La LADDH rappelle au « gouvernement son obligation du respect des libertés publiques et individuelles » et l’interpelle « pour garantir à tou-te-s les citoyen-ne-s l’expression de leurs opinions et l’exercice de leurs droits, de tous leurs droits ».

« Dans une conjoncture extrêmement sensible, au risque d’exacerber les tensions, la LADDH qui suit la situation avec grande inquiétude, appelle à la libération de l’ensemble des citoyen-ne-s interpellés et à l’abandon de toutes poursuites judiciaires à leurs encontre », écrit l’organisation qui demande également aux citoyens de « s’organiser dans le strict cadre pacifique », « dans le respect du libre débat et du libre choix de tout un chacun ».

 

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici