La chanteuse Jenifer submergée par les dettes a fait quelques confidences sur les difficultés financières qu’elle avait traversé à l’époque. 

Jenifer s’est confiée sur une épreuve difficile qu’elle avait traversé dans le passé. En effet, dans les années 2000, la jeune chanteuse avait participé à l’émission de téléréalité produite par Endemol, Star Academy, dans le but de remporter plus d’argent pour régler ses nombreuses dettes

Une mère de famille comblée

Il y a trois ans de cela, Jenifer Yaël Juliette Dadouche-Bartoli, mieux connue sous le nom de scène « Jenifer » était conviée par Thomas Joubert, le journaliste français de 42 ans, sur Europe 1, dans l’émission « Le grand direct des médias« . Une entrevue durant laquelle la ravissante brunette avait multiplié les confidences concernant les dessous de sa participation au célèbre concours musical « Star Academy« , diffusé sur la chaîne privée TF1. L’épouse de l’entrepreneur français corse, Ambroise Fieschi, est aujourd’hui l’heureuse maman de deux adorables enfants, Aaron Nouchy (16 ans) né de son union avec Yodelice et Joseph Neuvic (5 ans), qu’elle a eu avec l’acteur français, Thierry Neuvic. 

Un parcours hors-pair

Suite à son passage dans Le grand direct des médias, la chanteuse des morceaux cultes « J’attends l’amour » et « Ma révolution » avait révélé que son casting pour Star Ac était principalement motivée par des besoins financiers. En effet, Jen a expliqué qu’elle était très endettée à l’époque, et qu’elle avait multiplié les petits jobs, avant de se lancer dans l’aventure musicale, à l’issue de laquelle, elle a gagné un chèque exceptionnel durant la finale de la première édition du concours. Le programme, qui avait été diffusé du 20 octobre 2001 au 12 janvier 2002, avait réuni près de 12 millions d’adeptes sur TF1. Une expérience inoubliable dont la jeune femme est particulièrement fière aujourd’hui. Ce qui ne fut pas le cas pour la chanteuse de 40 ans, Olivia Ruiz, qui a créé la polémique suite à ses tenues sexy. Il en va également de même pour Elodie Frégé qui souhaiterait que ces souvenirs désagréables ne surgissent plus jamais.