Abderrezak Makri a estimé que les « images du président Bouteflika diffusées par la Télévision nationale alors qu’il lisait et remettait sa démission au président du Conseil constitutionnel en présence du président du Conseil de la Nation montrent qu’il était responsable des dispositions qu’on lui prêtait ».

Pour le président du Mouvement de la société pour la paix (MSP), ces images montrent également que c’était lui « qui dirigeait et gérait les choses ». « Que le cachet de la présidence était en sa possession et qu’il était responsable de tous les événements qui ont eu lieu avant sa démission », poursuit-il.

« Donc le président Boutflika, son frère, sa bande et tous ses soutiens sont responsables sur la situation catastrophiques de l’Algérie », accuse Abderrezak Makri. Ce dernier prévient contre la capacité du système à produire une autre « bande ». « Le pas essentiel à franchir est de protéger l’Algérie d’une nouvelle banque que le système peut produire », dit-il.

Dans un deuxième message posté sur sa page Facebook, le patron du MSP évoque une « pièce de théâtre ». « Je ne peux pas croire, en tant que médecin, que Bouteflika était inconscient, dans le coma (…) et quelques heures après, on le voit assis tenant les papiers de la démission (…) Il y a une pièce de théâtre qui a été élaborée », tranche-t-il.

 

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici