Les magistrats se rallient au mouvement de protestation populaire. Selon des informations recueillies par Actu-fil.com, ces derniers ont décidé de prendre part aux marches  prévues demain à travers  le pays pour dénoncer « la violation de la constitution ».  « On ira  demain marcher avec le peuple  pour dire  non à la violation de la constitution », précise à Actu-fil.com un magistrat.

Les magistrats se démarquent ainsi de de la positon de Djamel Aidouni, le président du Syndicat national des magistrats, qui a minimisé dans des déclarations rapportées par la presse, l’importance de la mobilisation des magistrats dans le mouvement de  protestation contre le cinquième mandat. Aidouni a évoqué  « des initiatives personnelles ». invitant les concernés à respecter « le devoir de réserve ».

Avant lui, le ministre de la justifie garde des sceaux, Tayeb Louh, avait appelé les magistrats à éloigner le secteur de la justice « des tensions politiques ».

Un appel qui n’a pas eu l’effet escompté, puisque les magistrats sont de plus en plus  nombreux à briser le silence pour appeler le pouvoir à respecter la constitution.

Aujourd’hui les magistrats ont tenu des rassemblements dans plusieurs wilayas. A Alger les magistrats de la Cour des comptes ont protesté pour la première fois « pour exiger exiger le respect des loi de la République ».

L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes debout et plein air

 

لا يمكن التحفظ أمام الجزائر و الوطن

Gepostet von ‎منتدى محامي مجلس قضاء الشلف‎ am Mittwoch, 13. März 2019

القضاة بولاية ميلة يحتجون ضد التمديد

القضاة بولاية ميلة يحتجون ضد التمديد

Gepostet von Journal el Bilad am Donnerstag, 14. März 2019

Le personnel de la justice manifeste contre le système. Magistrats, avocats, greffiers, huissiers, notaires et experts

Gepostet von Amar Fedjkhi am Donnerstag, 14. März 2019

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici