Prévue initialement pour aujourd’hui,la réunion de l’instance de coordination de Mouwatana est reportée à dimanche
10 février, a appris Actu-fil.com de Zoubida Assoul, porte-parole du Mouvement. « Nous avons reporté la réunion à dimanche prochains à la demande de certains membres de la coordination qui ne sont pas disponibles », précise notre interlocutrice.

La réunion de dimanche est très attendue. Le mouvement, « surpris » par la décision de Zoubda Assoul d’appuyer la candidature d’Ali Ghediri à la prochaine présidentielle, devra arrêter sa position.

Le 3 février, Djilali Sofiane, coordinateur de Mowatana a déclaré « avoir lu la position de Zoubida Assoul à travers la presse » . Ce dernier a laissé entendre que les engagements de Zoubida Assoul envers le candidat à la candidature, Ali Ghediri, exige d’elle de revoir son rôle au sein de Mowatana. « En ma qualité de coordinateur national de Mouwatana, si je devais prendre positon pour un candidat, j’en assumerais les conséquences. En d’autres termes, je ne peux pas à ce moment là assumer un double rôle », a-t-il affirmé lors de son passage au Forum de Liberté.

Interrogée par nos soins, Zoubida Assoul a laissé entendre qu’elle ne compte pas quitter Mouwatana. « Comme Djilali Sofiane, je suis à la tête d’un parti politique. Sa formation, Jil Djadid, a appelé au boycott, ce n’e pas le cas pour le Mouvement Mowatana. Cela ne me donne pas le droit, en ma qualité de porte-parole du mouvement,
de lui demander pourquoi n’a-t-il pas aligné sa position à celle prise par le mouvement.Je respecte sa décision », poursuit l’avocate.

Cette dernière rappelle que Mouwatana est un Mouvement qui rassemble plusieurs courants politiques. « Il faudrait attendre à ce que l’instance de coordination se réunisse et que l’ensemble de ses membres débattent de la question avant de trancher. A ce moment là, la décision qui sera la sienne sera mienne. Je suis une légaliste », déclare-t-elle à Actu-fil.com.

La présidente de l’Union pour le changement et le progrès UCP rappelle qu’il est tout a fait normal qu’il y ait des débats et des avis contradictoires au sein du mouvement. « Cela ne veut pas dire qu’il existe des divergences, encore mois de conflits. il faut juste restituer le débat dans son contexte réel et ne pas aller dans l’imaginaire », souligne-t-elle.

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici